l’artiste algérien, massinissa selmani nominé pour le prix marcel duchamp

L’artiste algérien, Massinissa Selmani nominé pour le prix Marcel Duchamp 2023

L’artiste algérien, Massinissa Selmani, fait désormais partie des quatre nominés pour le prix Marcel Duchamp, un prestigieux prix français du monde de l’Art qui distingue les artistes les plus novateurs et représentatifs de leur génération.

Mais qui est ce jeune d’origine algérienne nominé à ce prix portant le nom du pionnier de l’art contemporain, Marcel Duchamp?

Le Magasine du centre Pompidou qui lui a dressé son portrait explique souligne bien que cet artiste de 42 ans n’est pas venu du néant. Il est déjà artiste pleinement reconnu , lui qui a reçu la mention spéciale du jury à la 56e Biennale de Venise, en 2015, et dont six dessins sont entrés dans la collection du Musée national d’art moderne du Centre Pompidou, la même année.

De l’informatique à l’art plastique 

Ce talentueux artiste de 42 ans est né à Alger et suivi sa formation universitaire, en informatique, à Tizi-Ouzou. Vers huit ans, raconte t-il, il prend des cours à la Maison de jeunesse du quartier, à Alger, avec les classiques algérois en fond sonore puis il déménage en Kabylie où il continue le dessin à la Maison de la culture de Tizi-Ouzou. Il avait alors 17 ans.

Doué, il pense faire les Beaux-Arts d’Alger, « mais c’était très lourd financièrement ». Ce sera donc l’informatique.

Aujourd’hui installé à Tours, dans la Loire, en France, où il est diplômé depuis 2010 de l’école des Beaux-arts, Massinissa consacre son plein temps à l’art plastique.

Massinissa a, selon le Magazine, fait du dessin son champ d’expérimentation, qu’il travaille sur papier, sur calque, dans de courtes animations ou à même l’espace. Il travaille à partir d’archives de coupures de presse pour construire des « formes dessinées » sur le mode surréaliste du collage et de la collision.

Cap sur l’oeuvre à présenter au Prix Marcel Duchamp

Actuellement l’artiste est en pleine réalisation de l’ensemble d’œuvres qu’il présentera à la rentrée pour le prix Marcel Duchamp.

Pour son exposition aux côtés des autres nommé∙e∙s, qu’il a baptisée « Une parcelle d’horizon au milieu du jour », Massinissa Selmani prévient : « Je n’impose pas de récit précis. C’est un cheminement fait de situations suspendues dans l’espace et le temps, où peut s’opérer une perte de repères, malgré le sentiment de reconnaître des choses qui semblent familières.

                S. LESLOUS

Retour en haut