LGBT - Algérie - pétanque (boules)

Couleurs LGBT ? Une fédération sportive algérienne suspendue à l'international

C’est en organisant le Championnat du monde U18 et U23 que l’Algérie se retrouve au cœur d’une polémique sur la scène sportive internationale en raison des couleurs « arc-en-ciel », souvent assimilées au drapeau LGBT. En effet, la Fédération internationale de boules (FIB) a suspendu la fédération algérienne de la discipline en raison d’une affaire liée à cette couleur lors de la cérémonie de remise de médailles à Oran.

Le Championnat du monde des jeunes des sports de pétanque en « jeu long » des catégories des moins de 18 et 23 ans (garçons) s’est déroulé du 18 au 23 septembre dernier à Oran, avec la participation de 121 athlètes, représentant 23 pays. La compétition qui s’est déroulée dans des conditions « parfaites », comme le souligne la FIB, a toutefois été marquée par un incident qui n’a pas été sans conséquences sur la Fédération algérienne des sports de boules (FASB).

Un incident survenu à la fin de la compétition et plus précisément lors de la cérémonie de remise des médailles aux champions dans différentes épreuves. Cet incident n’a en réalité aucune relation avec l’organisation, encore moins avec le volet technique. Il s’agit d’une affaire en relation avec les maillots que les champions du monde doivent arborer lors de la cérémonie de remise des médailles. Une cérémonie qui n’a finalement pas eu lieu à la suite du refus des autorités algériennes de voir les athlètes lauréats porter le maillot arc-en-ciel, comme le stipule le cahier des charges de la Fédération internationale de boules (FIB).

Qu’est-ce que le maillot arc-en-ciel ?

Beaucoup de lecteurs vont certainement s’interroger sur la relation entre les couleurs arc-en-ciel et les maillots portés par les champions du monde de pétanque lors des cérémonies de remise de médailles. Contrairement aux idées reçues selon lesquels il s’agirait d’un « soutien » à la cause homosexuelle, le port du maillot arc-en-ciel est typiquement d’ordre sportif en lien avec l’olympisme. En effet, plusieurs fédérations internationales adoptent les cinq couleurs de l’emblème olympique.

Créé en 1913 par Pierre de Coubertin, le drapeau olympique est l’un des symboles les plus forts des Jeux olympiques. Symboles de l’universalité de l’esprit olympique, les cinq anneaux entrelacés représentent les cinq continents qui participent aux Jeux : l’Afrique, l’Amérique, l’Asie, l’Europe et l’Océanie. Quant aux six couleurs (en incluant le blanc en arrière-plan), elles représentent toutes les nations adhérentes Comité international olympique (CIO).

C’est par fidélité à l’esprit olympique que plusieurs fédérations sportives internationales ont fait des six couleurs du CIO leur symbole. C’est le cas notamment de l’Union cycliste internationale (UCI) qui a emprunté les six couleurs du CIO. Le maillot arc-en-ciel dans le cyclisme est apparu pour la première fois en 1922 lors des mondiaux sur piste. Le champion du monde arborera ce maillot toute l’année durant les événements auxquels il participe, jusqu’à le remettre en jeu durant la prochaine compétition.

Le maillot arc-en-ciel a ensuite été déployé dans d’autres disciplines sportives, à l’instar de la pétanque. Le maillot arc-en-ciel dans la pétanque est porté par le champion du monde de cette discipline. En effet, comme le précise le règlement de Fédération mondiale de boules et de pétanques (FMBP) « les champions du monde recevront des maillots arc-en-ciel ». Ce maillot inspiré des couleurs de l’olympisme est un symbole de prestige et de reconnaissance pour le champion du monde.

L’Algérie refuse les couleurs Arc-en-ciel lors du Championnat du monde de boules

La décision des autorités algériennes de ne pas accepter le port des maillots arc-en-ciel par les athlètes lors de la cérémonie de remise de médailles durant ce championnat du monde à Oran a entraîné une réaction virulente de la Fédération internationale de boules (FIB). Dans une lettre adressée le 30 septembre dernier à la fédération algérienne, l’instance internationale de cette discipline est revenue sur ce qu’elle qualifie d’« incidents » lors de la cérémonie de remise de médailles et de podium.

La FIB a affirmé que les « autorités politiques algériennes ont refusé le port des maillots de champions du monde arc-en-ciel notifié dans le cahier des charges de la FIB depuis plus de 30 ans ». Dans sa lettre, cette instance internationale a indiqué que les autorités algériennes l’ont « accusé de faire la promotion du mouvement LGBT (Lesbiennes, Gays, Bisexuels et Transgenres) ». Les mêmes autorités ont affirmé que « les musulmans rejetaient et ne reconnaissaient pas la communauté gay », ajoute la FIB dans sa lettre.

Les élus de la FIB présents à Oran, « conscients des enjeux politiques et des conséquences que cela pouvait engendrer », ont décidé de « ne pas se soumettre à ces motifs, à caractères politiques et religieux transgressant la charte olympique et le cahier des charges ». Devant cette situation jugée « inédite et inacceptable », le bureau de la FIB a saisi la Fédération mondiale de boules et de pétanque (FMBP).

L’Algérie suspendue de toute compétition internationale

L’affaire des maillots aux couleurs arc-en-ciel de ce championnat du monde de boules n’a pas été sans conséquences sur la discipline en Algérie. En effet, une procédure disciplinaire a été engagée par la Fédération mondiale de boules et de pétanque contre la Fédération algérienne des sports de boules (FASB). Une procédure suivie par une « mesure conservatoire de suspension immédiate » contre cette dernière, selon la lettre de la FIB.

Par conséquent, les équipes algériennes « ne pourront plus participer aux Championnats du monde de Lyonnaise féminins et mixtes, à Rumilly, du 7 au 11 novembre 2023 ni aux championnats du monde de pétanque des jeunes et des féminines à Bangkok, du 22 au 27 novembre 2023 », tranche la FIB. Cette dernière a également décidé de « suspendre immédiatement tous les représentants algériens proposés par la Fédération algérienne des sports de boules (FASB), nommés ou élus au sein du comité directeur de la FIB, jusqu’à ce que la commission de discipline se réunisse », conclut la lettre signée par le président de la FIB.

Source : Maghrebe

Retour en haut